Cabinet d'Avocat à Carcassonne

Un employeur peut-il licencier un salarié après une opération d'une tumeur au cerveau ?

Ma cliente a été salariée d'une grande chaîne de restauration en qualité de serveuse de 2002 à son licenciement en 2015.

Des troubles de l'attention à une tumeur au cerveau

Elle a commencé à souffrir de troubles de l'attention en apportant les desserts à la place des entrées. L'employeur lui notifié un avertissement. Elle s'en est excusée précisant qu'elle ne comprenait pas pourquoi elle faisait ça.

Les médecins lui ont détecté une tumeur au cerveau. Elle s'est empressée d'écrire à son employeur afin de lui indiquer la cause de ses troubles pendant son travail. Elle a subi une opération chirurgicale lourde afin de lui ôter cette tumeur. A la suite de cette opération elle a perdu une partie de la vue et la totalité du goût.

Mise en place d'un mi-temps thérapeutique.

Elle a repris son emploi dans le cadre d'un mi-temps thérapeutique. L'employeur avait pour interdiction de lui faire la plonge. Pourtant il a enfreint cette obligation.

Nullité du licenciement pour faute

Ma cliente a continué le service qui s'est révélé être extrêmement difficile pour elle pendant les « heures de pointe ». Elle a rencontré des difficultés de mémorisation. L'employeur l'a licencié pour faute.

Le Conseil des Prud'hommes de Carcassonne a par jugement en date du 15 septembre 2016 prononcé la nullité du licenciement et octroyé 13 mois de salaires à titre de dommages et intérêts, 2 mois de préavis et les congés payés afférents (au 13 mois ).

Ma cliente et moi même avons le sentiment que justice ait été rendue.

À travail égal, salaire égal, même en contrat d'insertion

Un article publié dans l'Humanité Dimanche sur le principe de parité entre les agents du public en matière de rémunération et accessoires.

Une salariée injustement licenciée pour motif économique

En droit du travail lorsque un licenciement économique est projeté, l'employeur doit respecter des critères légaux qualifiés "d'objectifs".

Nouvelle adoption plénière par un couple homosexuel : la loi sur le mariage pour tous doit être complétée

Seule Jessica, mère biologique de la petite Zya, avait la filiation établie à l'égard de sa fille. Le Tribunal de Grande Instance de Narbonne vient d'accueillir favorablement la demande d'adoption plénière de Chantal.

Contact
AD AVOCAT CARCASSONNE

26 avenue Bunau Varilla
11000 CARCASSONNE

Fax : 04 68 77 92 45
contact@ad-avocat.fr
04 68 26 36 36
Tous droits réservés (c) 2018 AD-AVOCAT - Design et Graphisme : SgDesign - Développement et Référencement : Agence TTMOMa cliente a été salariée d'une grande chaîne de restauration en qualité de serveuse de 2002 à son licenciement en 2015.